Connectez-vous
Mise à jour le Apr 14, 2018
Flash Info
Diprostene injectable : rupture de stock effective
Umax LP 400µg (Tamsulosine) : remise à disposition normale

Puis-je obtenir une contraception d'urgence sans ordonnance ?

  • Écrit par

La contraception d'urgence, utilisable par les femmes dans les premiers jours qui suivent un rapport sexuel non ou mal protégé, est destinée à éviter une grossesse non désirée.

Cette méthode de « rattrapage » doit rester occasionnelle et il convient d'utiliser une contraception locale jusqu'au retour des règles suivantes. Sa délivrance (sans ordonnance) doit être le point de départ d'une contraception plus adaptée.

De quoi s'agit-il ?

Il s'agit de la prise d'un progestatif, le lévonorgestrel. Son mode d'action est celui d'un médicament contraceptif, non aboratif : soit il bloque l'ovulation et empêche la fécondation (si le rapport a eu lieu avant l'ovulation), soit il empêche l'implantation de l'oeuf dans l'utérus. Ce médicament s'avère inefficace lorsque la grossesse a débuté (lorsque l'oeuf est implanté dans la cavité utérine).

Cette méthode peut s'utiliser quel que soit le moment du cycle ou a eu lieu le rapport. Elle est efficace après un ou plusieurs rapports consécutifs. Plus la prise du comprimé est proche du rapport sexuel, plus son efficacité est grande.

Vos questions

  • De quand date votre dernier rapport sexuel ?
  • Pourquoi ce rapport vous semble t-il à risque ?
  • De quand datent vos dernières règles ?
  • Est-ce la première fois que vous utilisez une contraception d'urgence ?
  • Avez-vous des antécédents gynécologiques (salpingite, grossesse extra-utérine...) ?

Votre conseil 

  • Rassurer la patiente.
  • Faire préciser les antécédents gynécologiques (et conseiller dans ce cas une visite gynécologique)
  • Proposer la contraception d'urgence :

           − après un rapport sexuel qui a eu lieu en l'absence de tout moyen contraceptif;

           − lorsque le préservatif s'est déchiré, a été mis, a glissé ou n'a pas été bien retiré;

           − en cas d'expulsion du stérilet ou de déplacement du diaphragme;

           − en cas d'blation trop précoce d'une cape contraceptive;

           − lors de l'oubli de pilule;

           − en cas d'échec de la méthode de retrait;

           − en cas d'erreur de calcul sur la date d'ovulation.

  • Rappeler que la contraception d'urgence n'assure pas de contraception efficace jusqu'aux prochaines règles, qu'elle ne protège pas des MST ni du sida. Elle n'est pass non plus efficace à 100%.
  • Signaler que les règles reviennent (s'il n'y a pas de grossesse) en général à la date prévue avec la prise d'une contraception d'urgence. Il existe parfois une avance ou un retard de quelques jours. Lorsque ce dernier est de cinq jours ou plus, il est conseilé de faire un test de grossesse.
  • Insister sur le respect des moments de prise : un comprimé à avaler au plus tard dans les 72 heures suivant le rapport non protégé.
  • Si des vomissements surviennent dans les deux heures suivant la prise du comprimé, il est recommandé de renouveler la prise.
  • Lorsque le rapport date de plus de 72 heures, une consultation s'impose.
  • Conseiller, dans tous les cas, une visite gynécologique afin de mettre en place une contraception adaptée.