Connectez-vous
Mise à jour le Apr 14, 2018
Flash Info
Diprostene injectable : rupture de stock effective
Umax LP 400µg (Tamsulosine) : remise à disposition normale

L'adénome de la prostate

  • Écrit par

Ordonnance d'un patient souffrant d'un adénome prostatique

 

 

Cas clinique

M, A. 68 ans , 70 Kg, retraité est suivi pour une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) depuis un an par un médecin généraliste.

une envie plus fréquente d'uriner et une fréquence anormalement élevée des mictions avaient motivé sa consultation initiale. Lors de cette consultation, aucun traitement n'avait été prescrit en raison de l'intensité mineure des symptômes. Actuellement, M, A. souhaite avoir un traitement médicamenteux car les symptômes se sont intensifiés et sont devenus plus gênants.

M.A. est aussi suivi par un cardiologue pour une hypercholestérolémie traitée par Zocor® et pour une hypertension artérielle équilibrée par la prise d'Amlor® depuis plus de deux ans.

Parmi les antécédents de M.A., le médecin avait noté un ulcère gastroduodénal complétement cicatrisé en 2000. L'ordonnance prescrite à M. A est la suivante :

Ordonnance du généraliste

Xatral® LP 10 mg : 1 comprimé le soir. pendant 1 mois.

Renouvellement de l'ordonnance de cardiologue

Zocor® 20 mg : 1 comprimé le soir.

Amlor 5 mg : 1 comprimé le matin. pendant 1 mois.

Adéquation du choix thérapeutique

Xatral® LP 10 mg (alfuzosine)

- Indiqué dans le traitement des symptômes fonctionnels de l'hypertrophie bénigne de la prostate.

- La posologie recommandée est de 1 comprimé de 10 mg par jour, à prendre immédiatement après le repas du soir.

Zocor® 20 mg (simvastatine)

- Indiqué notamment dans l'hypercholestérolémie pure ou mixte en complément d'un régime adapté et assidu.

- Dans l'hypercholestérolémie, la posologie varie de 5 à 80 mg par jour, selon la cholestérolémie.

Amlor® 5 mg (amlodipine)

- Indiqué notamment dans le traitement de l'hypertension artérielle.

- Dans l'HTA, la dose initiale est de 1 comprimé de 5 mg; elle pourra être augmentée à 10 mg par jour en une seule prise en fonction de la réponse au traitement.

Analyse de l'ordonnance : les points critiques

Contre-indications

Il n'y a pas de contre-indication physiopathologique à la prise de ce nouveau traitement.

Posologies

Elles sont toutes correctes.

Médicament à marge thérapeutique étroite

Il n'y a aucun médicament à marge thérapeutique étroite dans cette ordonnance.

Interactions médicamenteuses : détection et gestion

Amlor®/Xatral®

- Cette interaction est d'ordre pharmacodynamique. Elle entraîne l'addiction des effets antihypertenseurs des deux médicaments.

- Le risque d'hypotension orthostatique résultant de l'association des alpha-1-bloquants à visée urologique (alfuzosine, doxazosine, prazosine, tamsulosine, térazosine...) et des antihypertenseurs est à prendre en compte. Le plan de prises et les conseils au patient permettront de limiter cet effet additif.

Opinion pharmaceutique

Contexte

Maladie fréquente dont l'incidence augmente avec l'âge, l'adénome prostatique ou hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) se définit anatomiquement comme une augmentation de la taille de la prostate, non due à un cancer. Cette augmentation du volume de la prostate est consécutive à une prolifération des cellules prostatiques qui entraine une obstruction du jet urinaire par compression de l'urètre. Concernant les symptômes, l'HBP se manifeste par des signes irritatifs (pollkiurie, impériosité, mictionnelle avec ou sans fuite) et/ou obstructifs (dysurie, diminution du jet, sansation de vidange incomplète, rétention aigue ou chronique d'urine).

Mise en place du traitement de l'HBP

• Chez un homme de plus de 50 ans, le diagnostic est posé à partir du contexte clinique, de l'interrogatoire, de l'absence d'autres causes (médicaments, neuropathie diabétique, maladie de Parkinson, antécédents de chirurgie pelvienne...) et du résultat du toucher rectal.

• Un questionnaire standardisé est utilisé pour déterminer le score international symptomatique de la prostate (IPPS). Ce score total varie de 0 (asymptomatique ) à 35 (très symptomatique). Il permet d'évaluer la gêne liée aux troubles urinaires chez le patient.

• Certains exmens complémentaires peuvent être nécessaires :

- La vérification de la stérilité des urines par bandelette urinaire,

- Le dosage de la créatininémie, conseillé uniquement en cas de facteur de risque d'insuffisance rénale,

- La réalisation d'une débimétrie et d'une échographie post-mictionnelle,

- Dans l'HBP, il n'y a pas lieu de faire un dosage sérique du PSA. Néamoins, ce dosage peut être parfois utile car le cancer de la prostate et l'adénome de la prostate peuvent coexister.

• La décision thérapeutique (abstention, médicament, chirurgie) prend en compte la gêne symptomatique et l'existence de complications (rétention aigue d'urine récidivante, rétention chronique avec mictions par regorgements, calculs vésicaux...).

• Une hypotension orthostatique peut apparaitre dans les premières heures qui suivent la prise de Xatral®, éventuellement accompagnée de sentations vertigineuses, fatigue, sueurs, en particulier chez les patients traités par antihypertenseurs. Ces phénomènes, habituellement transitoires, surviennent. Néamoins, chez le sujet âgé ou hypertendu traité, le risque d'hypotension artérielle reste accru et la prise de Xatral® se fera immédiatement après le repas du soir.

Suivi du traitement

Hypertrophie bénigne de la prostate

- La durée optimale d'une prise en charge thérapeutique par alphabloquant n'est pas déterminée. Une non-réponse (pas d'mélioration des symptômes dès les premières prises) à un traitement médicamenteux instauré est un motif d'arrêt de traitement.

- La surveillance du traitement de l'HBP est essentiellement clinique. Ce suivi évalue l'évolution des symptômes de l'HBP sous traitement et le retentissement sur la qualité de vie du patient.

- L'indication de la chirurgie sera réevaluée uniquement en cas de signes d'aggravation, si échec de traitement ou apparition de complications.

Hypercholestérolémie et HTA

- La prise d'une statine impose une surveillance :

    ♦ Des transaminases mensuellement, au début et tous les 3 mois par la suite. Une élévation des transaminases supérieure à 3 fois la normale doit conduire à l'arrêt du traitement.

    ♦ De la créatinine phosphokinase (CPK) musculaire en cas de myalgies. Arrêter le traitement si'il y a une élévation marquée de la CPK (taux supérieurs à 5 fois la normale).

    ♦ Du bilan lipidique régulièrement.

- Contrôler les chiffres tensionnels une fois par semaine.

- Une consultation trimestrielle surtout en début de traitement chez le mdédecin traitant et une visite annuelle chez le cardiologue s'imposent.

Plan de prise et conseils au patient

7h 19h
Xatral® 1 comprimé
Amlor® 1 comprimé
Zocor® 1 comprimé

Xatral® LP 10mg : avanler sans croquer le comprimé lors ou en dehors du repas du soir.

Amlor® 5 mg : prise le matin afin de minimiser le risque d'apparition d'hypotension orthostatique par addiction d'effet avec Xatral.

Zocor® 20 mg : prise indifférente par rapport au repas, de préférence le soir.

Conseils proposés

• Concernant le traitement de l'hypertrophie bénigne de la prostate

- Hypotension orhtostatique

    ♦ Informer le patient du risque d'hypotension orthostatique lié à la prise de Xatral® en début de traitement : étourdissements, malaises, vertiges ou sueurs peuvent apparaitre.

    ♦ Conseiller au patient de s'allonger jusqu'à leur disparition. Ce risque est majoré chez M.A par la prise du traitement antihypertenseur.

    ♦ Le risque d'hypotension orthostatique est limité en passant lentement de la position couchée à la position debout. Le patient ne doit jamais se lever brusquement.

- Apport hydrique

    ♦ L'HBP, par compression de l'urètre, gêne la vidange de la vessie par obstruction du jet urinaire. Ce facteur peut favoriser les infections urinaires.

    ♦ Il ne faut pas retenir volontairement de manière prolongée les urines entre deux mictions, et l'apport hydrique doit être d'au moins 1,5 litre par jour afin d'éviter la stase urinaire.

- Alimentation : éviter la consommation des aliments irritants sur le plan prostatique comme le poivre, le piment, la moutarde.

• Concernant le traitement des facteurs de risque cardio-vasculaire

- Signaler toute douleur musculaire diffuse (Zocor®).

- Maintenir le régime hypolipidique en diminuant les graisses animales saturées et en apportant une quantité suffisante de graisses mono et poly-insaturées.

- Pour l'HTA, réduire les apports sodés (moins de 6 g de NACl / jour). éviter les aliments trop salés. Adopter le régime méditerranien.

- Remédier à la sédentarité par un exercice physique régulier autorisé par les médecins traitants.

Ordonnance piège

Le cas

M. X. 55 ans est enrhumé. Il souffre par ailleurs d'un adénome de prostate et a des antécédents d'infractus du myocarde. Il vous présente l'ordonnance suivante.

L'ordonnance

Zoxan® LP 4 mg : 1 comprimé par jour.

Kardegic® 75 g : 1 sachet à midi pendant 1 mois.

Ephedryl® : 1 comprimé matin, midi et soir pendant 5 jours.

Délivreriez-vous cette ordonnance ?

Non. La pseudoéphédrine (Epherdyl®), vasoconstricteur, utilisée en cas de congestion nasale, est contre-indiquée en cas de troubles urétroprostatiques : elle risque d'entrainer une rétention aigue d'urine chez le patient atteint d'HBP (risque de vasoconstriction et/ou de crises hypertensives).

Il faut le signaler au médecin afin qu'il modifie sa prescription. Ephedryl® pourra, par exemple être remplacé par 3 g par jour de paracétamol et 1 ou 2 cuillères à café de Vapo vick® dans un bol d'eau chaude en inhalation, 1 à 3 fois par jour.

 

 

 

Source : les ordonnances à la loupe

Note : Bien que des efforts aient été déployés pour s’assurer que les données sont actuelles et exactes, des erreurs pourraient s’être glissées. N’hésitez pas à nous contacter afin de nous en faire part contact@aidepharmacien.ma